C’est parti Monkeykey : Acte 2 et dénouement

Facebooktwittergoogle_plus

Les Monkeykey participaient à la phase 2 du championnat Open DR1 Sud-Est. Après la phase 1 disputée sous le vent de Pertuis, rendez-vous cette fois à Seynod chez les Dahultimates pour un week-end qui s’annonce pluvieux.

Avec les absences de Flo, Laurent, Luca et NicoO, c’est une équipe amputée d’une bonne partie de ces handlers qui se retrouve à Chavant en ce samedi matin avec Chris, Jasper, José, Marine, Mathilde, NicoB, Tango, Yann et Yvon. On n’est pas encore parti que Captain José nous inquiète en nous parlant d’un gros problème. Focalisé sur son téléphone, il fait un peu de teasing : la rumeur commence à se répandre, il aurait un problème de slip oublié. Finalement, il annonce qu’on a des soucis de validation de roster. Heureusement SuperNono, en régie depuis chez elle, arrange les choses et nous pouvons partir : cap sur Annecy !

Le court voyage se déroule dans le calme, tout le monde étant focalisé par la pluie qui s’abat sur la route. Un petit cours de français dispensé par José à Yann (non non, les prénoms ne sont pas inversés !) vient toutefois agrémenter le voyage. Arrivés sur place, on fait connaissance avec les 3 Shamrocks d’Arnas : Delphine, Martial et Benjamin, qui viennent nous renforcer pour ce WE. Le temps de se changer et, ô miracle, la pluie cesse enfin pour le début de l’échauffement.

2016_open2_retour1

La mascotte de l’équipe : Kiki

1er match de cette phase retour contre les Dahus mais en fait c’est le dernier match de la phase aller qu’on s’apprête à jouer pendant ce WE de phase retour car on avait dû l’annuler lors de la phase aller. Vous suivez toujours ? On rentre bien dans le match, les points sont accrochés. On arrive à bien défendre sur eux et on leur pose pas mal de problème mais on est un peu brouillon en attaque avec des turns évitables. Ce début de match est également haché par les nombreux calls. A la mi-temps, le score est de 7-4 et on est toujours dans le match.
En 2ème mi-temps, les Dahus passent à la vitesse supérieure, on les contient moins en défense et on fait toujours autant de petites erreurs en attaque. Résultat : 13-6 pour eux en atteignant le cap.

A peine le temps de se reposer qu’il est déjà l’heure de s’échauffer pour le 2nd match (enfin le 1er de la phase retour si vous suivez bien !) contre les T-R’Aix. C’est le moment choisi par NicoB pour aller aux toilettes : une de ses nombreuses ruses pour esquiver l’échauffement. Il sera de retour pour quelques gammes car « c’est quand même important de s’échauffer » dira-t- il moyennement convaincu et convaincant.

Malgré leur statut d’invaincu et de favori, on aborde le match avec enthousiasme en se remémorant le match aller où on avait réussi notre meilleur match en les accrochant 6-4. Le soleil commence à pointer le bout de son nez et on lance le cri de guerre, modifié par notre musicien Jasper qui insère un contretemps qu’on a du mal à respecter. Le match commence et les T-R’Aix pose une défense de zone dès le premier point. Déstabilisés, on perd le disque rapidement et ils concluent très vite ce premier point. Le ton est donné, ça va aller vite. Comme contre les Dahus, on arrive à les accrocher en défense mais on a du mal en attaque. Leur alternance indiv/zone nous pose des problèmes et provoque pas mal de turns.
Au fil du match, ils s’ajustent à notre défense indiv et font pas mal tourner le disque avec beaucoup de petites passes et de mouvements entre leurs handlers. En attaque, on arrive à construire des beaux points où on remonte bien le terrain par succession de petites passes mais on a toujours des difficultés à conclure aux abords de la endzone.
Au final, victoire méritée des T-R’Aix sur le score de 12-6 pour ce match très agréable. C’est également la seule équipe venue avec plusieurs filles, permettant même d’aligner 3 filles de part et d’autres sur certains points.

On profite de notre grosse coupure pour aller squatter devant la super buvette des Dahus (tartes, pizzas, quiches, salades, gâteaux : on a du choix ! Mention spéciale pour les croques) pour se restaurer. C’est aussi le temps de faire la sieste sous un soleil de plomb. On est en milieu d’aprèm et il commence à faire vraiment très chaud au point de (presque) regretter la pluie matinale : on n’est jamais content.

Rassasié et bien réveillé, il est temps de se préparer pour le 3ème et dernier match de la journée contre les Mosquidos. José lance l’échauffement, NicoB se focalise sur la compèt de tir à l’arc qui a lieu sur le terrain d’à côté (probablement une préparation mentale pour la flèche d’avant-match), quelques consignes avec quelques lignes mises en place, cri de guerre qui commence à prendre forme : on est prêt ! Dès les premiers points, on est dépassé dans tous les domaines. Défense/attaque/physique on n’arrive pas à se mettre en place et ils concluent leurs points rapidement en insistant notamment sur le jeu en longue. Le score à la mi-temps est sans appel : 7-2 (8-2 ?).
En 2ème mi-temps, on essaye de s’ajuster en défense en proposant notamment une zone. Ils marquent moins de longues mais ils arrivent à scorer régulièrement en faisant peu de turns contrairement à nous, où nos problèmes en attaque sont persistants. On arrivera toutefois à marquer un magnifique point : une énorme longue de Tango pour José de zone à zone : dommage qu’on ne soit pas à Catch la Peuf (pub gratuite), le point n’est pas doublé ! José sortira quelques points plus tard sur crampes. Score final : 13-4 pour les Mosquidos.

A la fin du match, petit sitting sur la pelouse sous un beau soleil de fin de journée. Chacun prend la parole (le micro ou bâton de parole est notre mascotte : la peluche kiki que Delphine a ressorti de son grenier pour ce WE) pour donner son avis/ressenti sur ce premier jour de championnat. Notre jeu est trop stéréotypé : on multiplie les passes courtes et on remonte le terrain mais on n’arrive pas à conclure : frustrant ! Plus on fait de passes et plus le risque de faire un turn est grand. Chez certains, la frustration prime sur le plaisir de jeu. Les deux grandes orientations qui ressortent : un jeu à 3 handlers et plus de tentatives en longues. Martial profite également de ce moment pour annoncer son retrait de l’équipe : manque de feeling, de motivation, de plaisir de jeu, il ne se retrouve pas.

Avant d’aller rejoindre nos amis T-R’Aix pour un resto dans le centre d’Annecy, passage par l’hôtel et une douche bien méritée après cette journée qui s’est finalement déroulé sous un beau soleil. Et là, nous allons assister à LA grosse perf du WE : José a pris sa douche en moins de 15 min (bien coaché par Chris et NicoB pour le respect du timing), messieurs, dames. Bon ce temps n’inclue pas le rhabillage/coiffage, faut pas exagérer non plus ! Tout propre, on part sur Annecy. On se gare à l’autre bout de la ville et on rejoint le vieux centre à pied en suivant notre guide touristique Yann, le régional de l’étape. Avant d’aller au resto on prend le temps de faire une photo d’équipe devant le Palais de l’Isle : un des monuments français les plus photographiés après la Tour Eiffel d’après notre guide.

2016_open2_retour2

Une photo de plus du célèbre Palais de l’Isle

On est bien en retard, il est grand temps de rejoindre les T-R’Aix qui ont visiblement préféré la bière au tourisme. Ayant déjà commandé avant notre arrivée, les T-R‘Aix sont servis alors qu’on est à l’apéro. Tout à l’air très bon (et pas gras du tout) et le choix est cornélien. On est heureusement aidé par les T-R’Aix qui nous font gouter tartiflette, beauforton, reblochonnade et autres joyeusetés fromagères… Entre les plats, les jeux sont lancés : jeu des signes, principalement portés sur les tétons (irrités par les maillots pour certains dont on taira le nom, mais faut mettre un soutif José), ou course de cheval permettent de mettre l’ambiance dans le resto.
A la sortie du resto, une marche digestive s’impose puis vient l’heure de la séparation pour regagner les voitures. Les T-R’Aix s’arrêteront prendre une glace alors que les Monkeykey poursuivent leur visite guidée. Les quelques motivés de part et d’autres pour prolonger la soirée dans un bar n’ont pas réussi à motiver le reste des troupes : demain on commence tôt et il est déjà tard !

On retourne donc à l’hôtel pour un sommeil qui s’annonce prometteur. C’était sans compter sur les précédents occupants des chambres et la programmation des alarmes TV à des heures bâtardes. Christophe Maé pour les uns, théâtre pour les autres : le réveil est un peu rude. On repart toutefois gonflé à bloc (ou gonflé de fromage selon les choix de plat de la veille) pour cette nouvelle journée qui s’annonce.

On joue le 1er match du matin. José lance l’échauffement, NicoB applique sa stratégie et va pisser dans un coin et les mauvaises langues commencent à se délier. Charlotte viendra-t- elle braver les nuages pour nous rejoindre malgré son genou en vrac ou préfèrera-t- elle rester bien au chaud sous la couette en ce dimanche matin. Mathilde, Jasper, José et presque tout le monde en fait penche pour la deuxième solution quand Marine annonce : la voilà qui arrive !!! Tout le monde à la banane de voir Charlotte nous rejoindre : on est fin prêt pour en découdre face aux bouquetins.

Ce match contre les Bouquetins est une petite finale pour ne pas descendre. Les premiers points sont laborieux et on est vite mené au score. A la mi-temps, la marque affiche 7-2 pour les Bouquetins qui sont très efficaces sur nos turns. Toutefois, au fil du match, les ajustements de la veille commence à porter leur fruit. Le passage à 3 handlers offre plus de solutions. Jasper, Marine, Delphine et Benjamin se relaient au poste de handler pour prêter mains fortes à Tango et José. Le disque tourne plus, les appels/cuts sont aussi plus francs et permettent de mieux se démarquer et on arrive même à alterner avec des jeux en longue. Cette 2ème mi-temps est vraiment satisfaisante mais reste insuffisante pour accrocher notre 1ère victoire. Résultat : 12-7 pour les Bouquetins.

Le temps de se restaurer et il est déjà l’heure d’enchainer notre match contre les Dahus (le match de la phase retour si vous suivez bien !). L’objectif est de rester appliquer et de continuer sur les mêmes bases que la 2nde mi-temps contre les Bouquetins. C’est sans compter sur la magnifique dynamique des Dahus qui viennent de gagner contre les T-R’Aix (trop de fromage la veille ?) ; victoire qui leur ouvre les portes de la N3.
D’entrée de match, les Dahus proposent une très belle zone. Leur wall bouge très bien, exploitant nos faiblesses au handling. Au milieu de cette zone, nos poppers et wings ont du mal à trouver les intervalles. Dès qu’ils arrivent à forcer le turn, ils proposent une attaque directe et rapide qui nous fait mal. Les points s’enchainent et à 20 min de la fin du match, il y a déjà 10-0. C’est le moment que choisissent les Dahus pour placer une défense indiv. On retrouve nos automatismes, les passes s’enchainent, on trouve de la continuité et on arrive enfin à marquer notre 1er point du match. Allez comprendre pourquoi, ils sont tout de suite repassé en zone pour clôturer le match comme ils l’avaient commencé : c’est-à- dire en forçant des turns avec leur zone et en enchainant des passes rapides jusqu’à la end zone. La fatigue se fait ressentir de notre côté et NicoB sortira même sur crampe (trop d’échauffement probablement).
Victoire nette et méritée 13-1 des Dahus qui joueront l’année prochaine en N3.

Pour notre dernier match contre les KLB de Pertuis, on n’a plus rien à perdre et on décide de tout lâcher. Tango lance l’échauffement et NicoB fait même du rab, José n’a plus mal aux tétons et Charlotte a retrouvé ses genoux. Avant le pull, on lance un cri de guerre au top du top (merci Jasper). Sur le terrain, on donne tout : grosse pression en défense comme en attaque. C’est bien simple, on ne voit que les Monkeykey sur le terrain ; les KLB sont absolument transparents. Côté Monkeykey, tout s’enchaine très vite et on déroule : cut/contrecut, appel dans le fermé ou l’ouvert, grosse longue ou succession de passes courtes : le match se passe comme dans un rêve et le score final est net et sans bavure : 13-0 pour les Monkeykey.

On me souffle dans l’oreillette que le fait que les KLB soient forfaits pour cette phase retour y est pour beaucoup dans le score. Et comme le forfait s’étend également à la 1ere phase, ça nous fait 2 victoires sur le championnat.
Les Monkeykey ne repartent pas bredouille en DR2 puisqu’on décroche le titre du fairplay (ex-aequo avec les T-R’Aix).

En conclusions de ce WE : on a réussi à construire du beau jeu (peut-être même plus que certaines équipes mieux classés) qui vient récompenser nos entrainements hivernaux. On regrettera le manque d’expérience et de finition à l’approche de la endzone, caractéristique d’une équipe jeune. Ce WE a contribué à créer une bonne ambiance et à apprendre à se connaitre.
Tout le monde (garçons, filles, kiki) a progressé et a touché le disque et a engranger de l’expérience. Ça annonce du tout bon pour l’année prochaine en DR2 avec cette équipe homogène, jeune et pleine d’envie de continuer à s’entrainer et à progresser. On remerciera au passage les Dahus pour la très bonne organisation : bon terrain, bonne buvette et surtout bonne météo : la pluie (le déluge) a eu lieu dès la fin du dernier match des Monkeykey !

On finit donc le WE comme on l’avait commencé : en voiture sous la pluie. Evidemment, on passera outre le ‘léger’ détour par Bourgoin pour un trajet Annecy-Grenoble (on taira le nom du pilote, hein Yvon !).
Allez Monkey ! Ouh ah, ouha ! Allez Monkey ! Ouh ah, ouha ! Allez Monkey ! Ouh ah, ou ah ! C’EST PARTI MONKEYKEY !
Et on garde la banane !

NicoB.

Facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *