L’équipe Mixte se place pour l’avenir !

Facebooktwittergoogle_plus

Les 21 et 22 avril se déroulait à St Prix (dans le Val D’Oise) la 2nde et dernière phase du championnat de France mixte Nationale 1.

En haut de gauche à droite : Klem, Alice, Nora, Loïc, Cindy, Pierre, Kevin, Pauline, Anaïs, Geoff. En bas de gauche à droite : Kath, Alix, Luci-le, Brice, Joe, Boris, FX, Théo.

Voici le résumé, assez condensé, qui compte moins de référence que Ready Player One mais dont les amateurs éclairés sauront apprécier toute l’affection qui y est véhiculée.

Après une 1ère phase attendue avec impatience par l’ensemble des joueurs, notamment pour tester ce fameux « système » ardemment travaillé cette saison, le groupe était prêt à en découdre une nouvelle fois pour confirmer les premières impressions.
L’effectif initial étant de 19, il est ramené à 18 suite au forfait malencontreux de Pauline B. (qu’il faut aussi préserver pour ses échéances internationales à venir au même titre qu’Elodie J.). A noter que Nora « Wunderbar », notre super-allemande est de la partie, et ça c’est pas mal niveau impact puissance.
Comme à l’accoutumée, 2 minibus sont affrétés au départ de Grenoble pour un départ vendredi après-midi. Quelques éléments solitaires empruntent la Fury Road de leur côté pour rejoindre le fameux établissement du groupe Accor situé à Pierrelaye (une étude comparative est actuellement menée par des équipes de thésards grenoblois : Ibis Budget ou F1 ? Les résultats seront bientôt disponibles). Cette fois-ci pas d’incident de boussole ni de choix musicaux pendant le trajet (Therapie Taxi – version vraie, pas celle de la radio – pour les plus jeunes et le désormais Sacro-Saint, récemment cannonisé : Gigi D’Agostino – Blablabla pour les plus anciens mélomanes).

Wouaw, ça fait plus rêver que Clairefontaine

Après une nuit comme ci comme ça (il fait chaud, il y a une compétition d’e-sport Clash Royal dans le coin = bruit tard dans la nuit), un réveil au ralenti et quelques courses de dernières minutes pour combler aux oublis de dernières minutes (brassière, casquette, lunettes, crème solaire,… bref l’attirail du Plagiste), nous arrivons sur le lieu estival de la compétition.

Samedi 12h30 – Premier match vs Jets de Challans (85)
Les Jets ont terminés 6ème (dernier) de la première phase mais n’en sont pas moins achalandés. Il s’agit d’une équipe aux formes proches d’un ancien club d’ultimate très performant de Notre Dames des Monts (85). L’effectif est réduit (12 de mémoire) et composée de très jeunes joueur(se)s et d’ancien(ne)s excellent(e)s protagonistes (multiples champions de France, internationaux, etc…). On se focalise cependant sur les joueurs d’expérience chez Jets car, d’après nos repérages, ils sont les dépositaires du jeu vendéen.
Nous remportons le match 15-6. La mentalité de l’équipe est de maintenir un niveau de concentration (et donc de jeu) identique et ce peu importe l’adversaire. Même si le score est un peu large, nous aurions voulu jouer encore mieux.
Il faut souligner que les Jets compte en leur effectif un grand nombre de jeunes joueurs (mineurs) et que c’est un réel plaisir de voir une équipe mixte également dans l’âge (le plus jeune et le plus ancien joueur du championnat sont des Jets). N’hésitez pas à faire un tour sur leur page Facebook et à les féliciter également pour le développement de l’ultimate au sein des jeunes (et en particuliers des jeunes filles). Un club sur lequel il faudra parier à l’avenir.

Deuxième match vs Raging Bananas (44)
Notre deuxième rencontre s’annonce plus enragée. En effet le club de Nantes, Raging Bananas (Nantchester United), est dans la même position que nous (ils ont terminé 4ème de leur poule lors de la première phase). Cependant, ils ont perdu leur premier match contre Discobols (Nîmes), ce qui nous assure la première place de la poule basse quel que soit le résultat (il faut soigner le goal-average cependant). Cette information n’est connue que par le staff de l’équipe à ce moment 😉 .
Le match est très accroché et est extrêmement plaisant à jouer. Ce sont les attaques qui s’illustrent des 2 côtés avec de nombreux points « One Shot » (comprendre sans un seul turn-over). Avec des petits bijoux d’enchaînements chez nous (jeu fluide, disque circulant très vite entre toutes les mains) et de l’impact spectacle chez eux (des longues, des longues et encore des longues : c’est un bombardement !!), notre « système » s’en trouve mis en avant de manière évidente. De leur côté, un jeu plus « traditionnel » s’organisant autour de 4-5 joueurs qui font tout en attaque, de notre côté, un jeu se reposant sur 16 joueurs qui font un peu tout (Joe et Boris ont été laissé au repos sur ce match).

Une partie tactique s’engage alors pour trouver le système défensif permettant d’enrayer l’attaque adverse (défense de zone, indiv, hybride, etc…). Mais l’attaque nantaise est une vraie Kalachnikov, même avec des grains de sables, elle continue à tirer ! C’est seulement sur la fin du match que nous arrivons à gêner la dynamique nantaise mais il est un peu tard. Notre défense a failli… Malgré quelques turn-over provoqués, ceux-ci n’ont pas été concrétisé pour nous faire passer devant. Nous perdons ce match 15-13.

Joe et Boris (les 2 joueurs laissés au repos) après la défaite vs Raging Bananas

On notera le regard glacial de Joe (en mode Rapa-Nui statue de l’Île de Pâques), on est certain qu’il va être chaud bouillant pour le prochain match (on laisse pas BébéJoe dans un coin !), et ça c’est mauvais pour nos futurs adversaires.

Pour revenir à l’analyse du match, tous les protagonistes ont pu observer une opposition de style avec d’un côté un jeu entièrement mixte et basé sur le mouvement et d’un autre un jeu s’appuyant sur les garçons forts basé sur l’impact à coup… de longues (à noter l’excellente prestation de Jul, Maël et les autres Nantais, on ne le dit pas souvent en mixte, mais là, les mecs ils ont été très forts, bravo à eux). Les 2 systèmes peuvent être performants, cependant, on est convaincu par le nôtre car on sait qu’il est plus pérenne et résilient  😉 et enfin, on a un match référence en Offense.
Un autre point soulevé par l’institut François-X-SOFRES : on n’avait pas mis Gigi D’agostino à l’échauffement (et à chaque fois qu’on ne l’a pas mis, on a perdu, cf la défaite face au PUC en 1ère phase. Statistique parlante ! Bon ça veut pas dire qu’à chaque fois qu’on le met on gagne par contre).

Bilan de la première journée :
Malgré cette défaite nous finissons 1er de la poule basse et nous jouerons donc le dernier de la poule haute demain matin. Raging Bananas termine 2nd et jouera donc l’avant dernier de la poule haute.
Un groupe reste sur les terrains où se déroule le match Ah Ouh PUC de Paris (75) vs Freezgorifik de Blois (45) qui déterminera nos adversaires du dimanche matin. L’autre groupe rejoint l’hôtel et est missionné pour le ravitaillement « apéro » (on n’est pas tous Ultimate Champomy dans cet équipe  😉 ).
L’Histoire choisira Freezgorifik comme futur opposant des Monkey (bien que le destin ce soit joué à l’Universe Point face aux PUCs). Le second minibus étant parti en mission « Poule » dans le fin fond de la Picardie (et est donc rentré tard), on n’a pas le temps de traîner trop à l’hôtel et direction Pontoise pour le dîner.

Pontoise, une ville d’Histoire et d’histoires 😉

Le repas du samedi soir reste toujours un moment convivial 😉 . Pour ceux qui ne connaissent pas la région, c’est aussi l’occasion de découvrir qu’en banlieue parisienne, il y a quelques coins sympa. Sous l’œil fatigué du petit Coach, le cidre et la bière coule à flot (du moins en bout de table où siège le #vraimentplussagequeThéo conseil des « Anciens »).

Et devinez qui trône en bout de table ?

Dimanche matin 8h30 : Match vs Freezgorifik de Blois (45)
Alors là, autant dire que… se lever à 6h – 6h30 (pour les flemmards), ça piquotte un peu (même la RastaPoupoulos). Mais le Dormeur doit se réveiller et le truc pas mal, c’est qu’on va jouer à la fraîche.
Un bon échauffement orchestré par Véronique Pauline R., un bon gros Gigi et voilà une équipe gonfler à bloc, concentrée, déjà bien dans son match et qui, c’est sûr, ne restera pas de glace (d’ailleurs Joe joue de nouveau). C’est un peu comme une demie-finale. Démarrage à la nitro façon Off-Road, nous voilà déjà à la mi-temps avec un avantage de 5 points (8-3). Franchement ça joue pas mal, et Freezgorifik a un bel effectif, mais cette fois contrairement au match contre Raging, la défense concrétise les turn-over en scorant direct derrière. Chose assez difficile quand on mène face à une équipe qui a le niveau pour briser la glace à tout moment, c’est de conserver la rigueur du plan de jeu.
On y est moins arrivé en 2nde période et les Blésiens ont également haussé leur niveau de jeu. Cependant, ce qui reste positif c’est qu’à aucun moment on ne leur a concédé 2 points de suite (ou du moins 2 enflammages de suite). 7 – 7 donc et ça nous amène à une victoire contrôlée 15-10.
Encore une fois, tout le monde a pu s’exprimer chez nous, garçons ou filles, nouveaux comme expérimentés. Freezgorifik est une équipe plaisante à jouer avec un niveau de spirit élevé, un effectif jeune et enthousiaste emmené par de vieux briscards garants de cet état d’esprit.

On reste désormais encore plus Focus que Ficus car on est à un match d’atteindre notre objectif, cette 5ème place. A noter qu’on a retrouvé notre fan de RedNex, dit Cotton Eye Joe dit Stitch Jo(nes), l’Allatoyah du dive, le Guru du block, le Shaman de la D, bref l’ancien boxeur anglais de Punch Out. Mr Glass a envoyé du lourd et même la voisine qui étendait son linge était prête à enlever le maillot à chaque action du beau G.I. ! Mesdames, Mr Perfect a tout de même une Kryptonite : le beurre de cacahuète bio…

Il nous reste donc 4h de pause à gérer en mode kangourou vu le soleil de plomb qui tape tel Mjolnir sur le sol de St Prix. La majorité de l’équipe se regroupe autour de la poule mascotte (future offrande qui sera projetée tel une flèche Hot Shots pour une amie du club bien connue de BO) et devant le match Ah Ouh PUC vs Raging Bananas. Dans tous les cas, nous jouerons le gagnant de ce match et ce sera une revanche sur 2 équipes qui nous ont déjà battu dans ce championnat.

La poule Rastapoupoulos en pleine pause

De cette confrontation, c’est le PUC qui sortira vainqueur. Le système de jeu de Raging a malheureusement montré ses limites en fin de week-end où la fatigue se fait ressentir (15-12 pour le PUC malgré un début de match à l’avantage des Nantais). Les demies finales du top 4 voient Izaka de Noisy le Sec (93) se défaire de Friselis (78) et Tchac de Pornichet (44) arracher une victoire à l’universe point face aux champions en titre Sesquidistus de Strasbourg (67).

14h00 Match pour la 5ème vs Ah Ouh PUC Paris (75)
Cette fois ci on y est, on s’était dit l’objectif lunaire : 5ème , et on peut l’atteindre face à cette équipe à consonance Maya. La préparation est progressive mais appliquée, on applique les petits trucs de Nora « Wunderbar », les échauffement de Pauline R., la bande son de Gigi. On pense même à faire la photo d’équipe (oui, il manque le frisbee sur la photo) en choisissant un photographe futur champion de France (Lolo « Interstate » 66 des Tchacs). Il y a de la bonne humeur et de l’ambiance, mais tout le monde est réellement concentré. On est conscient que c’est le match objectif mais aussi que c’est le dernier de la saison et donc qu’il faut en profiter jusqu’à la dernière seconde.

L’illustre Gigi D’Ag’, bientôt une statue à Grenoble ?

C’est une entame de match parfaite (on ne se laisse pas impressionner par le dieu de la mort et les abeilles parisiennes), où les attaques ne faillissent pas et la défense concrétise les turn-over. Ce n’est pas facile pour les Parisiens qui ne sont plus aussi magiques. La doublette #11-#10 qui avait pris l’avantage lors de la première journée est mieux maîtrisée par notre défense, et du coup malgré un vent latéral minime (pour Klem) voire majeur (pour d’autres  🙂 ), nous virons en tête à la mi-temps 8-3 !
On est au top, on développe notre jeu de mieux en mieux, nos différentes formes défensives perturbent et sont bien appliquées ; On est en train de faire un match plein.
La consigne est d’améliorer notre seconde période (par rapport à celle faite contre Freezgorifik) : à savoir on joue pour l’équipe et pas pour soi-même et ça devrait bien se passer. En effet, on compte dans nos rangs de sacré joueurs comme Wunderbar, AirForce One, G.I. Joe, Tony Vairelles, la Gnôle mais les matchs précédents nous ont montré que le résultat était meilleur dès lors qu’on utilisait 18 joueurs plutôt que 5-6.
Et cette fois-ci, comme le dirait Johnny Rico, personne ne s’est tiré, tout le monde s’est battu et y’a pas eu besoin de descendre le premier qui se barre. Bref, on a fait bloc en équipe en comptant les uns sur les autres, c’était top. Des D’s, du petit jeu, du jeu long, du perçage de zone, tout le répertoire y est passé. On sort notre meilleur match du championnat face à une équipe parisienne qui bien que s’étant remobilisé n’a pas pu recoller. 7-4 en 2nde mi-temps, score final 15-7 !

Ok, on est 5ème du mixte. Quand on lève un peu les yeux, on s’aperçoit que les 4 devant sont encore une marche au-dessus nous (mais cette marche diminue 😀  ) : 4-Friselis, 3- Sesquidistus, 2- Izaka, 1-Tchac.
Ce championnat nous a surtout permis de lancer notre prototype, notre système de jeu qui, d’après les premiers retours, amène de l’enthousiasme parmi nos joueuses et joueurs (de ceux qui ont commencé cette année à ceux qui ont plus de 10 ans de pratique). Pour nous, il est vrai que la performance est importante mais le fait que nous prenions tous du plaisir à jouer et pratiquer ce sport en mixte l’est d’autant plus.
Et c’est encore mieux, lorsque nous avons des retours positifs venant de profils aussi variés que le mec de la buvette qui dit que nos filles envoient du jeu, que des joueurs avec plus de 20 ans d’ultimate nous félicitent et nous motivent à continuer dans ce sens, que des jeunes joueurs nous disent que ça va vite, qu’on joue mixte  😛 et enfin qu’on a gagné des places au classement du Spirit en finissant 3ème.

Un repos bien mérité

Voilà, la saison 1 est terminée, vivement la saison 2 de la série avec certainement de nouveaux personnages, la disparition d’autres. Il reste quelques grandes maisons à faire tomber avant de s’assoir sur le Trône. Mais une chose est sûre, les Monkey avancent et ils avancent bien !

P.S. : Ça m’a fait bizarre d’être le plus vieux, je me suis senti comme le sergent tirailleur Highway qui s’est plu à répéter : « On improvise, on s’adapte, on domine » 😉 … mais surtout, « prenez du plaisir à jouer ».

Klem.

Facebooktwittergoogle_plus

Une réflexion au sujet de « L’équipe Mixte se place pour l’avenir ! »

  1. Merci Klem ! pour cet article très vivant et juste ! et très amusant…
    On y était en supporter !
    André , Micka et Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *